( 11 décembre, 2016 )

Article 71 : Tout schuss sur une paire de ski !

A tous ceux et celles qui continuent chaque jour à vous battre pour les soins(souvent douloureux), la reconstruction naturelle(avec ou sans clou ou autres accessoires), la rééducation difficile (pouvant entrainer des dommages collatéraux) et bien même après tous ces défis, continuez à y croire………….

isola7

Aujourd’hui cette jambe « neuve » et devenue une autre, et alors ? Le fait est ! Qu’après tous ces longs mois en équilibre sur 1 jambe, puis avec 2 béquilles puis 1, puis sur les 2 pieds, après tant et tant d’exercices fournis, certes! Qu’aujourd’hui je skie pas mieux qu’avant vu que je n’avais jamais essayé mais je skie ! et c  Magique, merci à tout le corps médical…

Tout ça pour dire, qu’il n’y a pas photo! Le travail en vaut la chandelle seul ou accompagné, avec ou sans coach.

24 mois après l’autorisation de poser ce pied, je me rappelle parfois ces très longues journées à attendre et à attendre encore quelques améliorations quotidiennes en vivant avec cet éternel espoir de croire en cette guérison………

Après un tel exercice de la vie, on ne peut que s’incliner devant tous ces progrès techniques qui nous aident aussi à revivre

Pour le moment je vous invite à guérir vite, à bien pratiquer vos soins et votre rééducation, suivre les conseils de votre corps médical et bien sûr vous renseigner grâce à internet sur toutes les astuces pour mieux vous « porter » lol! sur vos 2 pieds et gardez le moral!!

 

fleche_bronze_1mars2017

isola2000_mars_2017_sistron_2600m

Un corps humain est comme l’incarnation d’une belle machine pour les hommes qui ont le désir de se réparer eux-mêmes, de réaliser un rêve et d’insuffler pendant longtemps encore à leur vie le feu de la passion de l’espoir…

 

 

 

( 18 mai, 2015 )

NIVEAU 7 – Article 69 : Mes remerciements au corps médical et bien plus…

 

Merci à la chance, à l’espoir, à la vie sans oublier tout le corps médical (infirmiers, chirurgiens, anesthésistes, aide-soignantes, spécialistes, infectiologues, urgentistes, ambulanciers, secrétaires médicale…..) mais aussi, sur une toute autre réalité, MERCI aux inventeurs de l’assurance maladie by France et à ses mutuelles,et bien sur aux inventeurs,chercheurs en tous genres.

Résultat final : sensation d’avoir une grosse entorse sans réel douleur(au repos) au niveau de la cheville,et la sensation d’être dans une chaussure de ski avec une semelle en bois.

Bon courage, et continuez à vous battre pour votre prompt rétablissement, bien à vous, Laurent (un miraculé parmi tant d’autres…), + un clin d’œil à celles et ceux cités(es) dans ce blog

Qui vivra, verra !

Moche au départ...beau à l'arrivée et c'est le principal!

Moche au départ…beau à l’arrivée et c’est le principal!

( 1 mars, 2015 )

Article 59 : Rapport d’Expertise Médicale à J + 14 mois

20150303_082149-120150303_081858-1

1. Les 6 premiers mois, sous la menace d’une amputation (de l’accident à l’ostéite chronique)

2. 5 interventions chirurgicale dont 4 sous anesthésie générale à l’hôpital Saint Roch du CHU de Nice(01/04/07/09.2014) + 1 sous anesthésie locale à la Clinique du parc Impérial à Nice le 11.03.15

3. 45 jours d’hospitalisation (32 en janvier/février, 1 en avril, 6 en juillet, 5 en septembre, 1 en mars)

4. Une greffe de peau (de 13 X 6 cm)

5. 2 ostéite chronique dont 1 dite secondaire (ablation matériel et nettoyage de la première ostéite en juillet  + un nettoyage en Mars pour la seconde ostéite)

6. 2 traitements antibiotiques (sur 2 mois – 560 comprimés dont 310 antibiotique) + un autre  (sur 6 semaines – 120 comprimés de lévofloxacine)

7. 3 germes/bactéries (enterobacter cloacae et staphylococcus épidermidis en juillet) + (pseudomonas aéruginosa en mars)

8. 1 mois allongé (lit hôpital/brancard/caisson hyperbare)

9. 1 mois allongé/assis (maison/brancard/caisson hyperbare)

10. 2 mois 1/2 de caisson hyperbare (2 fois/jour à l’hôpital Pasteur du CHU de Nice)

11. 1 mois 1/2 de VAC -TPPN traitement des plaies à pression négative (24h/24-7j/7)

12. 2 mois de rééducation (avec clou centro-médullaire avant ostéite chronique)

13. 2 mois de soins en HAD (hospitalisation à domicile 7J/7)

14. Une greffe osseuse sur GITP (avec prélèvement sur la crête iliaque)

15. 11 mois de soins divers (analyse, pansement, agrafe etc…)

16. 9 mois sans appui du pied droit (appui interdit/protocole)

17. 10 mois 1/2 avec des béquilles (dont 8 mois 1/2 avec 2 béquilles)

18. 9 mois d’injection sous-cutané (7J/7)

19. 9 mois de plâtre/attelle/orthèse (des orteils jusqu’au genou)

20. 4 mois de rééducation (sans clou centro-médullaire/plaque/vis/fixateur) EN COURS …

21. ACTUELLEMENT….

Force d’appui des orteils quasiment nul, cheville débloquée au quart de son amplitude(avant,arrière, droite,gauche), sensibilité plantaire chaotique, courbatures au dos, migraines régulières, 2,5 cm en moins sur mon tibia, un péroné fixé sur le tibia, un muscle interne du mollet atrophié, cheville fibrosée, une marche désordonnée, un équilibre introuvable, une sensation d’étau sur la moitié basse du tibia et je passe le reste pour le moment…

Bon après cette petite auto-expertise, je vais m’auto-suggérer de ne plus penser à tout ça et me remettre illico à l’instant présent et continuer à croire à un prompt rétablissement, allez hop, je lâche l’ordi et pars faire quelques nouveaux pas de rééducation….Bien à vous toutes et tous en autres à mes 2 nouvelles amies (Nathalie et Anne) qui sont elles aussi en plein dans ce combat, bizzz les filles ;)

Courage, volonté, et beaucoup de patience, ensuite il y a aussi la chance et le hasard…;) :) bizzzz

 

Savoir interpréter un rapport d’expertise

Ces informations ont été rédigé en tenant compte de la NOMENCLATURE DINTILHAC

Normalement, le médecin devra rendre son rapport dans un délai d’un mois après la réunion d’expertise.

Les conclusions représentent pour vous la partie la plus importante.

Dans ce chapitre, l’expert a répertorié les différentes séquelles que vous présentez en leur attribuant un coefficient pour chacune d’entre elles.

Il vous est alors possible de calculer, de façon significative le montant financier correspondant à l’indemnisation des préjudices subis:

° Déficit Fonctionnel Temporaire (D.F.T)

° Déficit Fonctionnel Partiel (D.F.P)

° Déficit Fonctionnel Permanent D.F.P)

° Les souffrances endurées (S.E)

° Le préjudice esthétique (P.E)

° Le préjudice d’agrément (P.A)

°Le préjudice sexuel (P.S)

° Le préjudice d’établissement (P.E)

° Les Frais de logement adapté et/ou les frais de véhicule adapté (F.L.A ou F.V.A)

° L’assistance tierce personne (A.T.P)

° Les préjudices professionnels temporaires (P.P.T)

° Les dépenses de santé avant consolidation (D.S.A.C)

° Les préjudices professionnels ou économiques après consolidation (P.P.A.C)

° Les frais divers (F.D)

° Les dépenses de santé futures (D.S.F)

° Le préjudice des victimes indirectes – victimes par ricochet – (P.V.I)

° La perte de revenus des proches (P.R.P)

° Les frais divers des proches (F.D.P)

° Le préjudice d’affection (P.A.F)

° Les préjudices exceptionnels (P.E.X)

° La perte de chance de survie (P.C.S)

° Derniers conseils

http://www.fnvictimesdelaroute.asso.fr/calcul_prejudices.php

 

( 16 avril, 2014 )

Article 19 / Résumé plaie-greffe du 20.01 au 15.04 en 10 photos/textes

Multi-fractures ouverte tibia/péroné avec nerf tibial, artère tibiale, jumeau interne sectionnés

photo avant intervention au 20.01.2014 vers 14/15  H

photo avant intervention au 20.01.2014 vers 14/15 H

- le 20 janvier 2014, j’ai eu un accident de moto contre un camion; Entre la vie et la mort avec perte de 4 litres de sang sur la chaussée, je suis emmené aux urgences de l’hôpital St Roch pour une intervention de 8 heures sur la jambe droite. Les 3 Chirurgiens principaux se seront battus comme des pros pour m’éviter le pire….Merci au chirurgien orthopédique Docteur Bugnas, au chirurgien plasticien Docteur Geor…, au chirurgien vasculaire Docteur Bri… et à tous leurs assistant(e)s pour ce premier miracle accompli le 20.01.2014 (de 14h à minuit)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

- Suite à l’intervention chirurgicale, les soins donneront lieu durant 2 mois par des « plongées » en caisson hyperbare à l’hôpital pasteur pour éviter l’amputation à cause de grosses nécroses et faciliter la reconstruction du mollet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Par la suite, un appareil pour le traitement des plaies à pression négative(tppn) me sera installé du 17.02 au 4.04 afin de rendre la plaie viable pour la pose d’une greffe de peau le 1 er avril 2014.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

- La plaie est devenue belle grâce à environ 80 caissons hyperbare du 21.01 au 28.03, d’un tppn installé du 17.02 au 31.03 et ++ tout le reste, maintenant cette plaie peut être greffée d’un morceau de peau qui me sera prélevé et taillée sur le haut intérieur de ma cuisse droite.

dossier greffe3a

- Un morceau de peau d’environ 10 cm de long sur 5 cm de large sera prélevé sur le haut de ma cuisse droite pour servir à réparer la plaie de ma fracture ouverte; L’endroit prélevé sera recouvert d’un bandage spécifique et unique durant 15 jours puis enlevé et remis à l’air libre pour finaliser la cicatrisation et le retour à la peau d’origine.

5a

- Une intervention chirurgicale d’une journée à l’hôpital sera nécessaire pour effectuer la greffe et la laisser agir/prendre durant seulement 15 jours.

dossier greffe4a

- L’entretien et la construction de cette greffe  de peau sera suivi d’un protocole de pansement ialuset + avec rajout de crème ialuset (~2/3 mm d’épaisseur) et changé tous les jours du 6.04 au 14.04.

7a

- Le 15 avril, RDV avec le chirurgien plasticien à St Roch, les agrafes sont retirés, un pansement de protection est apposé juste pour 2 jours puis la plaie cicatrisée sera laissée à l’air libre, le pansement en haut de la cuisse droite est retiré et laissé à l’air libre.

La greffe est finie et réussie à 100%, la plaie ouverte est comblée et réparée; Maintenant attendons sagement le RDV du 20 Mai avec le Chirurgien orthopédique Docteur Bugnas pour avoir l’autorisation d’appui du pieds droit et débuter une très longue rééducation…SI (pas de complications sournoises )???

8a

photo au 30.10.2014 pied non gonflé, pas couleur, bonne circulation sanguine (avec toujours appui interdit), pas de douleur, ni prise d'anti-douleur) - port d'une chaussette de contention  + port d'une attelle rigide et légère( en cours: évolution greffe osseuse J +49 au 10.11.2014)

photo au 30.10.2014
pied non gonflé, pas de couleur, bonne circulation sanguine (avec toujours appui interdit mais sous anti-coagulant lovenox4000), pas de douleur, ni prise d’anti-douleur) – port d’une chaussette de contention au quotidien + port d’une attelle rigide et légère( en cours: évolution greffe osseuse J +49 au 10.11.2014)

 

 

( 16 mars, 2014 )

Article 14 / Qu’est-ce que le HAD

had

Qui sommes-nous ?

L’Hospitalisation à Domicile de Nice et Région a été créée en 1972, sous la forme d’une Association à but non lucratif.

Près de 180 patients sont suivis quotidiennement.

Une quarantaine de communes, de Menton jusqu’à Antibes/Juan-les-Pins inclus, en passant par toutes les collines jouxtant le bord de mer, bénéficient des services de l’HAD Nice (voir la carte).

L’Hospitalisation à Domicile de Nice et Région s’adresse aux patients, quel que soit leur âge, atteints de pathologies aigues et/ou chroniques nécessitant une prise en charge pluridisciplinaire ; elle peut intervenir en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) sous certaines conditions, la maison de retraite et l’EHPAD étant dans ce cas le substitut du domicile.

L’hospitalisation à domicile de Nice et Région a développé des partenariatsavec un grand nombre d’établissements de santé tels que le Centre Hospitalier Universitaire de Nice, le Centre Hospitalier d’Antibes/Juan-Les-Pins, le Centre Hospitalier de Menton et celui de Monaco, les établissements de santé privés à but lucratif ou non lucratif, certains réseaux, les unités spécialisées, telles que les Unités de Soins Palliatifs, offrant un niveau d’expertise utile à la prise en charge et au suivi de certaines pathologies graves et évolutives en HAD.

L’HAD, pourquoi ?

Elle répond à la demande de patients souhaitant réintégrer leur domicile après avoir bénéficié du plateau technique hospitalier, ou voulant éviter une hospitalisation dès lors qu’un plateau technique n’est pas nécessaire.

Elle répond à la hausse du nombre de patients atteints de pathologies multiples, au vieillissement de la population, au progrès des techniques, aux thérapeutiques appliquées, à la nécessité de limiter les dépenses de santé et à la volonté de réduire les durées d’hospitalisation.

L’HAD Nice s’inscrit dans une organisation de soins, externalisée et pluridisciplinaire.

L’admission

Le patient est hospitalisé dans un établissement de santé :

Il reçoit de la part des personnels de ce dernier une information sur les conditions de la poursuite possible des soins à son domicile, avec l’HAD.

Après évaluation médicale conjointe du médecin traitant et du médecin coordonnateur de l’HAD et en accord avec la Direction de l’HAD, l’admission proprement dite est effectuée, vérification faite par l’HAD du lieu d’accueil, de l’environnement familial et amical du patient et de son assurance maladie.

Le délai moyen de l’admission à partir de la date de demande est de quelques heures, s’il y a urgence, à 48 heures.

L’admission est assurée par l’infirmier chef référent du patient (et/ou éventuellement par l’infirmier référent), de préférence en présence du médecin traitant.

Le contenu de l’admission, indépendamment des aspects logistiques, administratifs et sociaux, se concrétise par l’élaboration du projet thérapeutique d’un commun accord entre le médecin traitant et le médecin coordonnateur de l’HAD référent du malade.

La prise en charge médicale et son suivi peuvent se poursuivre.

> La mission de l’HAD

Avec l’HAD Nice :

  • Vous êtes soigné(e), quel que soit votre âge et votre pathologie, chez vous (à l’exception de la psychiatrie avérée)
  • Tout assuré(e) social(e) dont les droits sont ouverts bénéficie d’une prise en charge financière par sa caisse d’assurance maladie
  • Une Assistante Sociale vous aide dans vos démarches administratives et met tout en œuvre pour votre maintien à domicile
  • Le médecin coordonnateur et le cadre infirmier assurent la qualité et le suivi des soins
  • Infirmiers(es), aides-soignants(es), kinésithérapeutes, orthophonistes, psychologues, diététiciens, interviennent selon vos besoins évalués par l’HAD
  • Vous êtes assuré(e) que le personnel est formé à toutes techniques de soins (pompe à morphine, ventilation assistée, …)
  • Vous conservez, sauf obstacle majeur, le choix de votre médecin traitant, de votre pharmacien et de votre laboratoire d’analyses médicales
  • Le matériel médical est mis à votre disposition par nos soins, selon les besoins générés par votre état de santé (lit médicalisé, fauteuil roulant, …)
  • Les réponses à vos appels téléphoniques sont assurées 24h/24 et 7j/7

Le choix par le patient d’être « hospitalisé » à son domicile exprime une volonté personnelle de demeurer dans son cadre de vie, avec ses propres repères de vie.

Sa décision, malgré les quelques inconvénients ou difficultés générés par ce choix est, en règle générale, mûrement réfléchie car favorisant sans doute le maintien du lien familial et amical en même temps que la possibilité d’être soigné à son domicile.

 

( 16 mars, 2014 )

Article 13/ Mes soins et mes occupations du 25.02 au 14.03.2014

 

Je suis passé à 1 caisson par jour depuis le 25 février et suis libre maintenant le weekend, 7 jrs/7 un infirmier me rend visite pour me pratiquer ma piqûre anticoagulant et faire le point sur mes douleurs et autres renseignements , il change mon tppn 2 fois par semaine.

Je passe mon temps derrière internet, j’écris sur mon blog, j’écoute de la musique ou regarde la tv et commence à m’auto-pratiquer des mini séances de kiné  en me pliant les orteils et la cheville à la main et doucement (sur les conseils du doc depuis le 14 mars) afin de remettre un peu de souplesse dans ce pied qui est devenu complément rigide; j’essaye de m’occuper sans trop penser à l’ennui mais il n’est pas évident de rester la journée entière à attendre chez soi que le temps passe…

Vendredi 14 mars, j’ai rendez-vous avec le chirurgien qui m’a sauvé la jambe pour un contrôle, pour lui la plaie est superbe et me dit que pour lui le caisson ce n’est plus la peine sauf si le caisson hyperbare le souhaite pour leurs propres études, c’est déjà une bonne nouvelle car les derniers caissons à venir sont la semaine qui vient; il me dit aussi que je peux maintenant utiliser les béquilles en respectant certains mouvements pour éviter que le pied ne gonfle pas trop en fin de journée. Bref , je suis revenu chez moi ce soir et j’ai tout de suite demandé à des potes de me prêter une paire de béquilles en attendant la livraison lundi par le HAD histoire de passer le weekend en mouvement et pouvoir maintenant monter au St Yves pour prendre mes repas.

J’ai des béquilles et mes premières sensations sont de sentir un flux sanguin traversant mon mollet pour aboutir aux extrémités, oula on le sent passer, je ne vais pas trop forcer ces premiers jours, c’est chaud et dois reprendre tout un équilibre dans mes mouvements sur une patte, je vais prendre mon temps avant de galoper…mais bon une nouvelle étape de 2 mois commence et attends d’ici mardi 18 mars le rdv avec les plasticiens pour une date de confirmation pour la greffe et maintenant, je peux enfin descendre à Menton au commissariat pour faire ma déposition et mon dépôt de plainte concernant cet accident survenu le 20 janvier 2014 à 12h18 afin de faire avancer et instruire le procès verbal, allez je téléphone à l’enquêteur pour un rdv avec lui la semaine prochaine…

 

( 15 mars, 2014 )

Article 12 / évolution de la plaie du 23.01 au 24.02.2014

évolution de la plaie du 23.01 au 24.02.2014
Album : évolution de la plaie du 23.01 au 24.02.2014
grâce au caisson hyperbare et au fait d'arrêter de fumer de jour au lendemain, j'ai évité l'amputation de ma jambe droite en-dessous du genou
11 images
Voir l'album
 

Lundi 24 février

Cela fait 3 jours que je suis de retour à « mon appart », à vivre en solo sur un fauteuil de bureau à roulettes à me déplacer entre les toilettes, la cuisine, le salon et la chambre; Je continue à faire mes 2 caissons hyperbare /jour mais aujourd’hui c’est l’évaluation et le changement du pansement TPPN par l’équipe médicale du caisson.

Une infirmière et un docteur sont là pour vérifier l’état de la plaie, le docteur est super satisfait et décide qu’à partir de demain, je vais passer à 1 caisson/jour au lieu de 2 et que le weekend ce sera fini, bref de 14 caissons/semaine je passe à 5 caissons par semaines; C’est une méga bonne nouvelle, je vais pouvoir respirer un peu plus chez moi au lieu de passer mes journées au caisson hyperbare, d’un autre côté , c’est bien grâce à cette machine et le fait d’avoir arrêté de fumer que l’on a sauvé ma jambe de l’amputation car la nécrose a été omniprésente durant 2/3 semaines…

Durant l’évaluation et les prises photographiques, j’ai demandé au docteur de me fournir les photos qui ont été prises depuis le début (de mon premier caisson au cinquantième ~) et vous fourni aujourd’hui cette séance de l’évolution d’une plaie charcutée à une plaie presque belle à être greffée….

 

( 15 mars, 2014 )

NIVEAU 2 – Article 11/Sortie d’hôpital après 32 jours…

 

NIVEAU 2 : Relationnel

Vendredi 21 Février

6JACK (8)

 

MERCI à toute l’équipe de l’Hôpital Saint Roch pour vos soins, votre attention, et de ce temps passé à vos côtés à croire à ma guérison, chose faite!!!Merci, Merci et très bonne installation dans vos nouveaux locaux à Pasteur 2 (tout neuf, tout beau, « vierge de bactérie », lol!!)

Quelques jours se sont passés depuis la pose du TPPN lundi 17.02 et que l’on doit d’ailleurs me changer aujourd’hui avant mon départ vers chez moi; Et oui, avant hier la cadre responsable du service trauma est venue m’annoncer mon départ ce vendredi 21.02 vers 14h en direction de mon domicile en HAD (hospitalisation à domicile) et non vers un centre de rééducation et ceux pour plusieurs raisons, 1:le tppn n’est pas pris en charge dans ce genre de structure et 2: car ma plaie ouverte n’est toujours pas fermée, que la greffe est prévue d’ici 1 mois et donc toute rééducation est impossible pour le moment.

Toute une logistique est entrain de se mettre en place pour cette HAD, l’organisation de mes allers/retours en ambulance caisson/maison/rdv chirurgiens , les soins des infirmiers au quotidien(avec le changement du tppn 2 fois par semaine, la livraison des produits 1 fois par semaine pour toute la semaine, le choix d’une pharmacie à ma convenance pour l’achat des anticoagulant, le choix d’un laboratoire pour mes prélèvements 2 fois par semaine durant 45 jours, l’organisation de mes plateaux repas 2 fois/jour qui me sont livrés à la maison et concoctés par le restaurant du St Yves à Ste Agnès, préparer mon appart aux déplacements divers, coin toilette pour me laver car la douche n’est pas d’actualité lorsqu’on a la jambe à l’horizontale encore pendant 30 jours.

Tout à l’air de se mettre en place, il est 6h30 et j’ai déjà préparé mon sac depuis hier , prêt à partir…j’attends, j’attends et rien ne se passe??? 11h30 enfin on décide de m’amener à la radiologie pour me faire une radio de contrôle avant mon départ, je suis de retour en chambre à 13h mon plateau repas m’est servi.

14h, une infirmière vient m’enlever le tppn de l’hôpital afin que ma plaie soit contrôlée par les chirugiens plasticiens avant mon départ, les ambulanciers sont entrain de m’attendre depuis 13h45 et l’infirmière HAD m’attend à Sainte Agnès pour 15h; ça y est, la plaie est contrôlée et remise sous pansement tppn sans la machine , me voilà sur le brancard direction la sortie, merci St Roch, merci à mes sauveurs de la chirurgie et surtout merci à la chance mais ce mois entier passé dans vos locaux m’aura fait presque oublié que j’avais un chez moi.

Je sors de là, et commençons à emprunter l’autoroute du Soleil direction Menton, il fait beau et j’en ai les larmes aux yeux tellement je suis heureux de rentrer chez moi et retrouver mon petit bouboun que j’ai laissé « presque seul » durant 1 mois, mes amis(es), l’ambiance de ce petit village mais surtout d’y retourner avec une jambe entière certes loin d’être guérit, un nouvel espoir renaît, je vais à la rencontre de ma nouvelle chambre où là aussi je vais être enfermé durant un long mois la jambe à l’horizontale jusqu’à ces fameux 60 jours où j’aurai droit aux béquilles vers mi-mars.

15h30, l’infirmière HAD d’admission arrive et commence à m’expliquer toute la logistique et l’organisation de leur structure, nous restons bien 2 heures ensemble à remplir des papiers divers et comprend très vite que je deviens à l’identique le patient que j’étais à l’hôpital St Roch sauf que maintenant, je vais devoir être autonome et sans réel « assistanat » comme dans une chambre d’hôpital où il suffit d’appuyer sur une sonnette pour faire venir une infirmière; je me rend compte que ce nouveau mois ne va être si simple mais bon je reviens de loin et ne suis pas seul, il y a Jack la canaille…

Il est 17h30, et un autre infirmier de l’HAD arrive pour me faire mes premiers soins et m’installer son tppn portable; 18h un ami vient récupérer ma liste de course à faire au supermarché, je commence à préparer mes positions, mes déplacements, les coussins que je pose un peu partout pour ma jambe folle, je range mon sac, le temps passe vite lorsqu’on avance à 2 à l’heure dans un fauteuil de bureau à roulettes.

Mon premier plateau repas m’est apporté, je ne réalise pas encore bien mon retour et prévoit déjà demain et ce weekend pour la continuation des caissons hyperbare durant toute la journée et avec le fait d’être pour 8h du mat à Pasteur, bref je ne m’attarde pas trop et dois aller me coucher dans un lit différent et non médicalisé, houlala, ce n’est pas pareil pour la jambe et le pied, ça me fait mal et j’ai beaucoup de mal à trouver une position convenable, aie aie aie ma première nuit s’annonce très dure(je prends 2 doliprane), mais bon pas trop le choix, je suis en entier et chez moi, demain est un autre jour….

 

( 28 février, 2014 )

Article 3/ Coupé en plein rêve

pilote jambe coupée

Avant l’accident du 20.01.2014, j’étais une personne très active voir hyperactive qui courait sur les chemins de montagne pour aller chercher les chevaux de mon pote Steph (guide équestre à cheval).

Tout a commencé un jour de 20 janvier 2014 à 12h18, je roulais à moto sur la route Départementale de Menton/Sospel en direction de Castillon

Malheureusement ce trajet fut écourté net sur cette route à la hauteur d’une société de dépannage, celui-ci était entrain de reculer à l’aveugle avec son camion porteur sur la route départementale en sortant de son garage sans que personne ne soit là pour prévenir de sa manœuvre complètement folle et inconsciente, de plus l’arrière de son camion était camouflé par une palissade et des carcasses de voitures, impossible pour moi de me rendre compte de son erreur jusqu’à  l’arrivée au niveau de son portail donc de son camion, j’ai eu à peine le temps de prier en me disant aie, je tape!
Le choc fut fatale (mais heureusement je roulais que très lentement ) et impossible à contourner, j’ai tapé et me suis retrouvé projeté sur la voie inverse la jambe coupée en deux traînant dans le petit ruisseau (je sentais l’eau passer à travers la jambe coupée) et toujours conscient avec la chance de ne pas me faire rouler dessus par une voiture descendant en sens inverse.. Très calme mais souffrant énormément , j’ai pris sur moi et suis resté en état de « yoga » profond afin de canaliser cette souffrance et attendre sagement l’arrivée des premiers secours pour que l’on puisse m’administrer surtout de la morphine et me retrouver sous anesthésie générale, pendant l’attente des secours mon moral à encore plus baisser voyant le dépanneur de cette société « effacer les preuves » de son erreur en enlevant son camion et ma moto de la chaussée, je me suis dis « merde » pas cool, pas de preuve? J’étais au plus bas sur le plan physique et spirituel; et les secours sont arrivés 15/20 mns après le choc, je les ai aidé à me dévêtir à répondre à quelques questions, leur fournir les documents nécessaires à mon transfert à l’hôpital st roch, tels que ma carte sécu, mutuelle, groupe sanguin, vaccination etc…
Je suis arrivé à st roch aux urgences ou j’étais entre la vie et la mort après avoir perdu 4 litres de sang sur la chaussée, l’opération aura durée 8h et suis sorti de la salle de réveil à 2h du matin le 21 janvier.

Je profite de ce blog pour remercier le chirurgien  en orthopédie, le chirurgien vasculaire et le chirurgien plasticien d’avoir réalisé un travail de fou pour remettre en état cette jambe explosée mais avec une seule et unique CONDITION :

suivre le protocole de guérison hyper stricte pour avoir une chance de garder cette jambe….

 

|