( 11 décembre, 2016 )

Article 71 : Tout schuss sur une paire de ski !

A tous ceux et celles qui continuent chaque jour à vous battre pour les soins(souvent douloureux), la reconstruction naturelle(avec ou sans clou ou autres accessoires), la rééducation difficile (pouvant entrainer des dommages collatéraux) et bien même après tous ces défis, continuez à y croire………….

isola7

Aujourd’hui cette jambe « neuve » et devenue une autre, et alors ? Le fait est ! Qu’après tous ces longs mois en équilibre sur 1 jambe, puis avec 2 béquilles puis 1, puis sur les 2 pieds, après tant et tant d’exercices fournis, certes! Qu’aujourd’hui je skie pas mieux qu’avant vu que je n’avais jamais essayé mais je skie ! et c  Magique, merci à tout le corps médical…

Tout ça pour dire, qu’il n’y a pas photo! Le travail en vaut la chandelle seul ou accompagné, avec ou sans coach.

24 mois après l’autorisation de poser ce pied, je me rappelle parfois ces très longues journées à attendre et à attendre encore quelques améliorations quotidiennes en vivant avec cet éternel espoir de croire en cette guérison………

Après un tel exercice de la vie, on ne peut que s’incliner devant tous ces progrès techniques qui nous aident aussi à revivre

Pour le moment je vous invite à guérir vite, à bien pratiquer vos soins et votre rééducation, suivre les conseils de votre corps médical et bien sûr vous renseigner grâce à internet sur toutes les astuces pour mieux vous « porter » lol! sur vos 2 pieds et gardez le moral!!

 

fleche_bronze_1mars2017

 

 

 

 

 

( 1 mars, 2015 )

Article 59 : Rapport d’Expertise Médicale à J + 14 mois

20150303_082149-120150303_081858-1

1. Les 6 premiers mois, sous la menace d’une amputation (de l’accident à l’ostéite chronique)

2. 5 interventions chirurgicale dont 4 sous anesthésie générale à l’hôpital Saint Roch du CHU de Nice(01/04/07/09.2014) + 1 sous anesthésie locale à la Clinique du parc Impérial à Nice le 11.03.15

3. 45 jours d’hospitalisation (32 en janvier/février, 1 en avril, 6 en juillet, 5 en septembre, 1 en mars)

4. Une greffe de peau (de 13 X 6 cm)

5. 2 ostéite chronique dont 1 dite secondaire (ablation matériel et nettoyage de la première ostéite en juillet  + un nettoyage en Mars pour la seconde ostéite)

6. 2 traitements antibiotiques (sur 2 mois – 560 comprimés dont 310 antibiotique) + un autre  (sur 6 semaines – 120 comprimés de lévofloxacine)

7. 3 germes/bactéries (enterobacter cloacae et staphylococcus épidermidis en juillet) + (pseudomonas aéruginosa en mars)

8. 1 mois allongé (lit hôpital/brancard/caisson hyperbare)

9. 1 mois allongé/assis (maison/brancard/caisson hyperbare)

10. 2 mois 1/2 de caisson hyperbare (2 fois/jour à l’hôpital Pasteur du CHU de Nice)

11. 1 mois 1/2 de VAC -TPPN traitement des plaies à pression négative (24h/24-7j/7)

12. 2 mois de rééducation (avec clou centro-médullaire avant ostéite chronique)

13. 2 mois de soins en HAD (hospitalisation à domicile 7J/7)

14. Une greffe osseuse sur GITP (avec prélèvement sur la crête iliaque)

15. 11 mois de soins divers (analyse, pansement, agrafe etc…)

16. 9 mois sans appui du pied droit (appui interdit/protocole)

17. 10 mois 1/2 avec des béquilles (dont 8 mois 1/2 avec 2 béquilles)

18. 9 mois d’injection sous-cutané (7J/7)

19. 9 mois de plâtre/attelle/orthèse (des orteils jusqu’au genou)

20. 4 mois de rééducation (sans clou centro-médullaire/plaque/vis/fixateur) EN COURS …

21. ACTUELLEMENT….

Force d’appui des orteils quasiment nul, cheville débloquée au quart de son amplitude(avant,arrière, droite,gauche), sensibilité plantaire chaotique, courbatures au dos, migraines régulières, 2,5 cm en moins sur mon tibia, un péroné fixé sur le tibia, un muscle interne du mollet atrophié, cheville fibrosée, une marche désordonnée, un équilibre introuvable, une sensation d’étau sur la moitié basse du tibia et je passe le reste pour le moment…

Bon après cette petite auto-expertise, je vais m’auto-suggérer de ne plus penser à tout ça et me remettre illico à l’instant présent et continuer à croire à un prompt rétablissement, allez hop, je lâche l’ordi et pars faire quelques nouveaux pas de rééducation….Bien à vous toutes et tous en autres à mes 2 nouvelles amies (Nathalie et Anne) qui sont elles aussi en plein dans ce combat, bizzz les filles ;)

Courage, volonté, et beaucoup de patience, ensuite il y a aussi la chance et le hasard…;) :) bizzzz

 

Savoir interpréter un rapport d’expertise

Ces informations ont été rédigé en tenant compte de la NOMENCLATURE DINTILHAC

Normalement, le médecin devra rendre son rapport dans un délai d’un mois après la réunion d’expertise.

Les conclusions représentent pour vous la partie la plus importante.

Dans ce chapitre, l’expert a répertorié les différentes séquelles que vous présentez en leur attribuant un coefficient pour chacune d’entre elles.

Il vous est alors possible de calculer, de façon significative le montant financier correspondant à l’indemnisation des préjudices subis:

° Déficit Fonctionnel Temporaire (D.F.T)

° Déficit Fonctionnel Partiel (D.F.P)

° Déficit Fonctionnel Permanent D.F.P)

° Les souffrances endurées (S.E)

° Le préjudice esthétique (P.E)

° Le préjudice d’agrément (P.A)

°Le préjudice sexuel (P.S)

° Le préjudice d’établissement (P.E)

° Les Frais de logement adapté et/ou les frais de véhicule adapté (F.L.A ou F.V.A)

° L’assistance tierce personne (A.T.P)

° Les préjudices professionnels temporaires (P.P.T)

° Les dépenses de santé avant consolidation (D.S.A.C)

° Les préjudices professionnels ou économiques après consolidation (P.P.A.C)

° Les frais divers (F.D)

° Les dépenses de santé futures (D.S.F)

° Le préjudice des victimes indirectes – victimes par ricochet – (P.V.I)

° La perte de revenus des proches (P.R.P)

° Les frais divers des proches (F.D.P)

° Le préjudice d’affection (P.A.F)

° Les préjudices exceptionnels (P.E.X)

° La perte de chance de survie (P.C.S)

° Derniers conseils

http://www.fnvictimesdelaroute.asso.fr/calcul_prejudices.php

 

( 2 octobre, 2014 )

Article 43 : Résumé « évolution » fracture tibia/péroné de Mars à Septembre 2014

fracture tibia_péroné J + 2 mois, avec clou centromédullaire et vis

15 MARS 2014 fracture tibia_péroné
J + 2 mois, avec clou centromédullaire et vis

20 MAI 2014 fracture tibia_péroné J + 4 mois, avec clou centromédullaire et vis

20 MAI 2014 fracture  tibia_péroné
J + 4 mois, avec clou centromédullaire et vis

11 JUILLET 2014 fracture tibia_péroné J + 6 mois, avec clou centromédullaire et vis + pseudarthrose septique en attente avant internention chirurgicale pour une ostéite chronique sur fracture ouverte du 20.01.2014

11 JUILLET 2014 fracture tibia_péroné
J + 6 mois, avec clou centromédullaire et vis +  pseudarthrose septique en attente avant intervention chirurgicale pour une ostéite chronique sur fracture ouverte du 20.01.2014

12 AOUT 2014 fracture tibia_péroné J + 7 mois, sans clou centromédullaire et vis + pseudarthrose sous traitement antibiotique ciflox et bactrim  sur bactérie enterobacter cloacae et staphylococcus épidermidis

12 AOUT 2014 fracture tibia_péroné
J + 7 mois, sans clou centromédullaire et vis + pseudarthrose sous traitement antibiotique ciflox et bactrim sur bactérie enterobacter cloacae et staphylococcus épidermidis

 

 

 

22 SEPTEMBRE 2014 fracture tibia_péroné J + 8 mois, sans clou centromédullaire et vis + greffe osseuse (GITP) J +0

22 SEPTEMBRE 2014 fracture tibia_péroné
J + 8 mois, sans clou centromédullaire et vis + greffe osseuse (GITP) J +0

 JUST THE REALITY ! WAIT AND SEE !

 

 

 

 

 

 

 

en cours…

( 30 juillet, 2014 )

Article 30 : Qu’est-ce que le staphylococcus epidermidis ?

Staphylococcus_epidermidis_01

Description

Staphylococcus epidermidis est surtout présente dans les hôpitaux et se fixe au matériel, par exemple les prothèses et les cathéters. Cette espèce se déplace en colonies et provoque des maladies cutanées,

Les colonies de S. epidermidis sont, en général, petites, blanches ou beiges, et ont un diamètre d’environ 1-2 mm après une incubation d’une nuit. L’organisation en colonie est sensible à la desferrioxamine, et ce test peut être employé pour le distinguer de presque tous les autres staphylocoques.

Cette espèce est positive à la catalase, négative pour la coagulase et se retrouve fréquemment sur la peau et les muqueuses des humains et des animaux. Due à sa facilité de contamination, S. epidermidis est probablement l’espèce la plus commune.

Bien que S. epidermidis soit habituellement non pathogène, c’est une cause importante d’infections chez les patients dont le système immunitaire est compromis ou des patients qui ont des cathéters, des prothèses. Ce microbe est responsable d’infections cutanées, d’infections nasales comme des sinusites, d’infections urinaires chez la femme et l’homme. Ces bactéries ont la capacité de produire des biofilms qui leur permettent d’adhérer aux surfaces des prothèses médicales.

Sensibilité aux antibiotiques

S. epidermidis est souvent résistante à une grande variété d’antibiotiques, y compris la pénicilline et la méthicilline.

 

 

|