( 11 décembre, 2016 )

Article 71 : Tout schuss sur une paire de ski !

A tous ceux et celles qui continuent chaque jour à vous battre pour les soins(souvent douloureux), la reconstruction naturelle(avec ou sans clou ou autres accessoires), la rééducation difficile (pouvant entrainer des dommages collatéraux) et bien même après tous ces défis, continuez à y croire………….

isola7

Aujourd’hui cette jambe « neuve » et devenue une autre, et alors ? Le fait est ! Qu’après tous ces longs mois en équilibre sur 1 jambe, puis avec 2 béquilles puis 1, puis sur les 2 pieds, après tant et tant d’exercices fournis, certes! Qu’aujourd’hui je skie pas mieux qu’avant vu que je n’avais jamais essayé mais je skie ! et c  Magique, merci à tout le corps médical…

Tout ça pour dire, qu’il n’y a pas photo! Le travail en vaut la chandelle seul ou accompagné, avec ou sans coach.

24 mois après l’autorisation de poser ce pied, je me rappelle parfois ces très longues journées à attendre et à attendre encore quelques améliorations quotidiennes en vivant avec cet éternel espoir de croire en cette guérison………

Après un tel exercice de la vie, on ne peut que s’incliner devant tous ces progrès techniques qui nous aident aussi à revivre

Pour le moment je vous invite à guérir vite, à bien pratiquer vos soins et votre rééducation, suivre les conseils de votre corps médical et bien sûr vous renseigner grâce à internet sur toutes les astuces pour mieux vous « porter » lol! sur vos 2 pieds et gardez le moral!!

 

fleche_bronze_1mars2017

 

 

 

 

 

( 2 mars, 2014 )

Article 6/ Mon programme intensif de soins au quotidien

lit médicalisé

Mes journées au quotidien à partir du 22 Janvier 2014 au 20 Février 2014

Je vis « 24h/24 – 7Jrs/7″ allongé sur ce lit pourri (car usé par le temps et creusé sous les fesses) ou sur des brancards(ambulances  ou au caisson hyperbare), la jambe droite toujours à l’horizontale et en l’air avec interdiction de la poser au sol ou en dessous de l’horizontale pour éviter la phlébite.

Qu’est-ce que la phlébite : ou thrombose veineuse, est la formation d’un caillot de sang (thrombus) dans une veine. Le caillot peut se former dans une veine superficielle, petite veine située entre la peau et les muscles, ou dans une veine profonde de plus gros calibre.
En général, le caillot de sang se forme dans une veine du mollet. À ce stade, le caillot colle à la paroi de la veine et peut y rester plusieurs jours sans s’accompagner de symptômes. Lorsque l’organisme ne parvient pas à le détruire, il peut s’étendre vers la cuisse, sous la forme d’une partie flottante qui peut se détacher facilement. Il y a alors un risque important d’embolie pulmonaire.

PROGRAMME 7 JOURS : 7

- Réveil tous les matins à 6h pour le petit déjeuner et la toilette sur le lit avec une bassine.

- 7h30 prêt à partir en ambulance direction le caisson hyperbare à l’hôpital Pasteur

- Premier Caisson hyperbare à 8h30 en semaine et weekend

- 10h30 / 11h retour hôpital St Roch en ambulance la semaine

- 12h/12h30 plateau repas

- 13h/16h30 repos, sieste, tv, lecture, écriture, méditation…visite des amis(es) sur rdv car invisitable .

- 16h30 prêt à partir  en ambulance direction le caisson hyperbare à l’hôpital Pasteur

- 19h30/20h retour hôpital St Roch en ambulance la semaine

- 20h/20h30 plateau repas, médicaments, piqure anticoagulant

- Weekend (samedi & dimanche) caisson hyperbare à 8h et 14h30, je reste sur place et déjeune à l’hôpital Pasteur.

                                                  ——————————————————————————

- Mes besoins et mes selles sont effectués au lit

- Mes pansements sont changés tous les 2/3 jours à l’hôpital St Roch avec évaluation et séance photos

- Mes pansements sont changés tous les 10/12  caisson hyperbare à l’hôpital Pasteur avec évaluation et séance photos

( 1 mars, 2014 )

Article 5/ Qu’est-ce que le caisson hyperbare ?

caisson1 caisson2 caisson3

MERCI à toute l’équipe du caisson hyperbare de l’Hôpital Pasteur du CHU de NICE avec qui j’aurai passé un sacré bout de temps avec eux, vous êtes tous méga d’enfer!!!!Merci pour votre gentillesse, vos soins, votre professionnalisme et bien d’autres qualificatifs…

L’oxygénothérapie hyperbare : le caisson hyperbare

la séance dure 1h30 – 12 mn pour arriver à l’équivalent de 15 M de profondeur (pression de 2,5 bar), 1h10 de respiration avec un masque sur le nez et la bouche à respirer de l’air à 100 % oxygène pur – et 8mn pour remonter à la surface

ATTENTION : 22 caissons en France et seulement 1 pour les Alpes-Maritimes (Monaco compris)

 

Définition

L’oxygénothérapie hyperbare consiste à placer un malade ou un accidenté dans une enceinte sous pression et à lui administrer de l’oxygène par un inhalateur.

Le malade est placé dans un caisson étanche que l’on va progressivement pressuriser jusqu à ce qu’à la pression intérieure soit supérieure à la pression atmosphérique ce qui entraîne d’une part une réduction de volume des gaz (élévation de la pression barométrique), et d’autre part une augmentation de la pression partielle en oxygène (inhalation d’oxygène à pression supérieure).

L’oxygénothérapie hyperbare permet donc d’agir sur l’ischémie tissulaire qu’elle qu’en soit la cause : vasculaire, traumatique, toxique, ou infectieuse, par une élévation importante de la pression partielle  d’oxygène.

 

Principes physiologiques

Les mécanismes physiologiques de l’oxygénothérapie hyperbare reposent sur deux lois physiques :

  • La loi de Mariotte : sous pression élevée le volume d’une éventuelle bulle de gaz va diminuer :
  • Exemple : quand on pousse le piston d’une seringue remplie d’air avec l’embout bouché, la pression de l’air augmente et le volume de l’air diminue.
  • La loi de Henry : sous pression la quantité de gaz dissous augmente :
  • Exemple : quand on pousse sur le piston d’une seringue remplie d’eau et d’air avec l’embout bouché, la pression dans la seringue augmente et la quantité d’air dissoute dans l’eau va augmenter.

 

Effets sur l’organisme

  • Effet sur le transport de l’oxygène : l’augmentation de la pression partielle en oxygène entraîne une élévation du taux d’oxygène dissous dans le sang (qui complète le transport d’oxygène par l’hémoglobine).
  • Effet vasculaire : l’oxygénothérapie hyperbare entraîne une vasoconstriction des tissus sains et une vasodilatation des tissus hypoxiques ; ces deux phénomènes permettant donc une redistribution de l’oxygène en faveur des tissus mal oxygénés.
  • Effet anti-infectieux : l’oxygénothérapie hyperbare a un effet bactéricide sur les germes anaérobies, mais également une potentialisation de l’action des polynucléaires neutrophiles sur les tissus infectés.
  • Effet sur la cicatrisation cutanée : l’oxygénothérapie hyperbare accroît la synthèse de collagène et de fibroblastes, tout en favorisant l’épithélialisation des zones nécrosées.

 

Indications

  • Maladie ou accident de décompression.
  • Intoxication au dioxyde de carbone : l’oxygénothérapie hyperbare diminue la durée de vie du dioxyde de carbone.
  • Embolie gazeuse.
  • Infections nécrosantes des parties molles à germes anaérobies.
  • Ostéoradionécrose et radionécrose des tissus mous .
  • Ecrasement de membres et syndrome de loges post traumatique.
  • Surdité brusque.
  • Ostéomyelite réfractaire.
  • Ischémie critique chronique des artéritiques.
  • Encéphalopathie post anoxique.
  • Myélites et rectites post radique.

 

|